Le réseau des Océanistes

Le colloque LBSHS Pacifique 2010

Historique - Le site original du colloque - Le programme du colloque - Les comptes rendus des sessions

Les objectifs qui nous ont motivés à organiser ce colloque, et qui nous motivent à pérenniser cette rencontre sous la forme d’une « toile» d’échange et de collaboration, découlent de plusieurs constats : le manque de mise en valeur scientifique des complémentarités disciplinaires, et l’insuffisante reconnaissance de la part des décideurs des apports considérables qu’ont fournis et que fournissent les recherches dans le Pacifique-Sud dans les Sciences Humaines et Sociales hier et aujourd’hui.


Le potentiel scientifique sur cette aire est pourtant considérable, et les problématiques que nos recherches abordent sont d’une grande importance pour toutes les disciplines. La base de données que nous avons mise en place recense plus de 200 chercheurs et doctorants francophones qui travaillent dans ou sur cette région du monde, et ceci dans les disciplines les plus variées, sur des sujets les plus divers, mais toujours dans des problématiques complémentaires. La richesse, la dynamique et les contributions des chercheurs sur le Pacifique sont incontestables.


Pourtant, de nombreux chercheurs et enseignants-chercheurs sont géographiquement dispersés et souvent isolés dans des centres et des départements dans lesquels ils ne trouvent pas d’interlocuteur spécialisé sur leur aire culturelle. Pourtant, selon les chiffres dont nous disposons grâce au recensement, certes partiel mais déjà révélateur, au moins 36 % des chercheurs sont en situation précaire et 16 % - les doctorants - risquent de le devenir si des mesures drastiques d’embauche et de remplacement des départs à la retraite ne sont pas décidées.

L’objectif concret de ce colloque est donc double. Il doit d’abord être un lieu d’échange, de rencontre, et d’ouverture entre des chercheurs de disciplines distinctes travaillant sur des objets similaires, sinon identiques. Ce colloque et le réseau qui en découlera, doivent devenir les lieux d’une entente et d’un rapprochement entre interrogations similaires mais méthodologies complémentaires. C’est la raison pour laquelle les thématiques générales retenues pour ce colloque, qui sont le résultat de nombreuses contributions, furent autant que possible formulées de façon à éviter le cloisonnement. Certaines de ces thématiques n’ont appelé que peu de propositions ; elles n’ont pas été conduites jusqu’à leur terme et ont disparu du programme. D’autres, au contraire, ont été prises d’assaut et reflètent ainsi une convergence des objectifs de chercheurs de tous lieux et disciplines.


Avec ce colloque, nous avons rapidement compris que nous répondions à une attente réelle. Plus de 100 exposés ont été proposés pour ces trois journées qui se présentent à nous désormais comme un événement unique, le premier de la sorte pour les recherches océanistes du monde francophone, et inaugurant, nous l’espérons, une nouvelle ère pour les collaborations et les échanges scientifiques sur le Pacifique-Sud.


Le second objectif est de rendre visibles nos recherches, et par ce biais l’Océanie elle-même. Nous espérons avoir agi de façon à ce que ce but puisse être atteint. Soulignons à ce sujet l’aide qui nous a été apportée par le CNRS et son Institut des Sciences Humaines et Sociales, par l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et par la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme. Aide
sans laquelle cet événement n’aurait jamais pu avoir lieu, surtout en si peu de temps. Aide qui témoigne aussi de cette reconnaissance qui nous est nécessaire pour pouvoir travailler et évoluer.

Chères Collègues, Chers Collègues, nous sommes heureux d’être parmi vous aujourd’hui. Nous souhaitons que ces journées soient des plus productives et qu’elles débouchent sur des échanges et des collaborations durables.

Paris, Mars 2010


Laurent Dousset
CREDO (UMR 6574)
http://www.pacific-credo.fr


Viviane Fayaud
Réseau Asie (UPS 2999)
http://www.reseau-asie.com