Le réseau des Océanistes

 

Histoire et anthropologie des relations entre christianisme et cultures océaniennes

Cette session propose une étude transdisciplinaire des relations nées du contact entre le christianisme et les cultures océaniennes. La rencontre entre cultures océaniennes et christianisme n’est plus aujourd’hui, à de très rares exceptions, un fait d’actualité directement observable par l’anthropologue. Pour le passé, il faut donc recourir à l’histoire, c’est-à-dire essentiellement au formidable gisement des dépôts d’archives religieuses tant en France, qu’en Angleterre et en Océanie. La diversité des sources (lettres, journaux, ouvrages ethnographiques, travaux linguistiques, collections d’objets, photographies…) peut rendre compte de la nature des contacts noués, au XIXe siècle, entre les Eglises chrétiennes et les populations océaniennes, ainsi que de leurs effets sur les cultures locales. Certes, il y a une difficulté : celle du degré de compréhension de l’autre dans sa dimension culturelle, par le missionnaire qui reste un « étranger » au milieu qu’il évangélise, tout du moins dans les débuts de sa mission. Cependant, le missionnaire est par définition dans une situation d’interaction culturelle qui a ses propres spécificités. Dans ces conditions, comme l’écrit Laurent Dartigues, le texte missionnaire « devient un espace d’échanges » qui enregistre les produits de l’interaction et pas seulement les présupposés ou les projections des missionnaires. Ce premier point de la session s’intéressera donc à l’histoire, et tout particulièrement à ce que les différents types de sources missionnaires peuvent apporter à notre compréhension des relations passées entre christianisme/cultures océaniennes et des transformations réciproques qui ont résulté de ces contacts.

 

Le second point abordé lors de cette session porte sur les relations que les différentes expressions du christianisme entretiennent avec les cultures locales. Il s’agit d’un objet d’étude essentiel, qui peut contribuer à éclairer – au-delà du champ religieux stricto sensu – la compréhension des sociétés océaniennes contemporaines. La « tradition chrétienne » océanienne incarnée par les églises anciennes (églises protestantes et catholique issues des missions du 19ème siècle) interagit localement avec les formes traditionnelles de l’autorité, les structures de parenté, le rapport à la terre et à la mémoire culturelle. Ces christianismes locaux sont confrontés depuis les années 1980 à la progression d’un ensemble d’expressions concurrentes du christianisme mondial – mormones, adventistes, évangéliques et charismatiques. Tout en étant souvent perçu localement comme l’un des socles symboliques d’une identité nationale ou culturelle commune, le christianisme participe ainsi de la pluralisation des identités et des appartenances, en particulier dans des contextes d’urbanisation, de migrations (internes et internationales), et de transformations socioéconomiques. Cette session vise à donner un aperçu le plus large possible de ces terrains d’enquête et à réfléchir, dans une perspective dynamique et comparative, sur les articulations actuelles entre christianisme et culture en Océanie.

Responsables
Yannick Fer (GSRL, Groupe Sociétés, Religions, Laïcités, Paris) : yannick.fer@gsrl.cnrs.fr
Yannick Essertel (chercheur associé au CREDO, Centre de Recherche et de Documentation, Marseille) : yessertel@free.fr

RETOUR LISTE DES SESSIONS